Un projet de dix logements au coût modeste destinés aux personnes précarisées baptisé « La Passerelle » a été présenté mercredi à Namur, en présence de Jean-Marc Nollet, ministre wallon du Logement et de Philille defeyt, président du cpas de Namur

 

Ces modules de logements seront construits au-dessus de garages rue Paul Janson, à Jambes, et devraient voir le jour d’ici un an et demi à deux ans.

Le projet est porté par un partenariat public-privé-associatif composé du CPAS de Namur, de l’association « Une main tendue », de l’Agence immobilière sociale Gestion-Logement-Namur (GLN) et de la SPRLU Garmar, qui possède les garages.

 

Une convergence qui s’est imposée naturellement

Plusieurs rencontres entre ces trois partenaires ont permis de constater la convergence de ces différents projets. Une Main Tendue trouve ici une opportunité de faire avancer son projet et de tester certaines techniques d’utilisation de modules qui seraient reproductibles ailleurs, GARMAR de faire avancer un projet plus large et le CPAS de trouver du logement pour ses bénéficiaires parmi les plus précaires et les plus difficiles à insérer dans des circuits « normaux » de logement et de tester une autre manière d’aider en matière de logement. Les trois partenaires de départ ont ensuite décidé d’étendre les discussions pour la mise en route de ce projet à l’AIS Gestion Logement Namur. Cette dernière contribuera aussi à assurer la régularité des recettes dont ce projet a besoin pour son équilibre financier et l’accompagnement social des locataires.

La mise en route

On commencera probablement par construire 2 logements pour finaliser les caractéristiques techniques d’un tel montage :

  • isolation interne ou externe des modules ?
  • liaison(s) entre les modules ?,
  • montage au sol ou en hauteur, quel type de bardage ? …

Ensuite on construira 8 unités de logements supplémentaires, ce qui ferait 10 logements, ce qui semble suffisant pour tester « en vrai » la faisabilité financière de cette opération et l’accompagnement social. Cet accompagnement constitue une pièce essentielle du dispositif voulu par Une Main Tendue.

Et par après ?

L’intention des partenaires est de tirer tous les enseignements de cette expérience-pilote pour permettre sa reproduction, à Namur ou ailleurs.

L’engagement des partenaires de réinvestir les moyens financiers qui pourraient se dégager de l’opération dans des logements supplémentaires sera formalisé.

 

Passertelle

 

 

 

Share This