Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles pour la SNCB et ses centaines de milliers d’usagers quotidiens. Il apparait ainsi à présent que les petites gares et les lignes rurales pourraient être les premières victimes de la réduction du budget du rail belge (2,1 milliards € prévus d’ici à 2018).

D’après un document interne transmis par Infrabel, la ligne 43 reliant Jemelle à Liège figure parmi les trois lignes – toutes wallonnes… – menacées de suppression par le Gouvernement MR / NVA.

Pour Marie Lecocq, conseillère communale à Rochefort, « la suppression de cette ligne fréquentée par de nombreux navetteurs et notamment des étudiants serait d’autant plus inacceptable que leur nombre a considérablement augmenté ces dernières années et qu’aucune solution de mobilité comparable n’est envisageable actuellement ».

Ecolo dénonce ce détricotage programmé de l’offre de mobilité alors que la SNCB dispose d’une infrastructure importante et d’un matériel roulant qu’il serait totalement absurde de ne pas utiliser.

Les écologistes estiment qu’il faut au contraire augmenter l’offre de trains et le confort des navetteurs dans le cadre d’une véritable politique nationale de mobilité à l’échelle de tout le territoire, y compris des zones rurales qui ne peuvent être sacrifiées par une logique comptable à court terme.

Réinvestir significativement dans la SNCB est une nécessité pour offrir aux citoyens des possibilités de mobilité durable, réduire les émissions de gaz à effet de serre, diminuer la facture des embouteillages estimée à près de 7 milliards € par an et atténuer les coûts de la pollution pour la santé publique !

La politique de mobilité du Gouvernement fédéral est donc inefficace et totalement contraire aux nécessités économiques, sociales et environnementales du 21ème siècle, puisque dans le même temps, le Gouvernement démembre le service public et encourage à l’inverse un régime fiscal favorable aux voitures de société qui coûte à l’Etat près de 3,5 milliards d’euros par an.

Dans ce contexte, la perspective évoquée par la Ministre de la mobilité de remplacer certains trains par des bus prête à rire car Madame Galant ne peut ignorer que le budget des TEC est déjà mis sous pression par le Gouvernement wallon PS-CDH, qui a annoncé une réduction de 10 % de la dotation à l’horizon 2017 et parle déjà de supprimer des services à partir de 2015.

Le groupe Ecolo interpellera la Ministre Galand à la Chambre afin qu’elle revoie sa politique de mobilité rurale, de même que le Ministre Di Antonio au Parlement wallon afin qu’il s’implique dans ce combat, tandis que les conseillers communaux rochefortois déposeront une motion au Conseil communal de Rochefort afin de défendre le maintien de la ligne Liège – Jemelle/Marloie.

Mais face à cette situation, les écologistes en appellent également à une large mobilisation citoyenne pour sauver le rail en milieu rural et annoncent des actions de terrain à la hauteur de l’enjeu pour notre région. Le transport public est une solution pour notre avenir commun.

Marie LECOCQ
Conseillère communale à Rochefort
Secrétaire régionale Ecolo Dinant-Philippeville

Stéphane HAZEE
Chef de groupe au Parlement wallon

Georges GILKINET
Député fédéral

Share This