Le réseau Stop Article 63§2 avait appelé à manifester ce mercredi 25 février dans plusieurs villes de Belgique afin d’exiger la suppression de la mesure d’exclusion des allocations d’insertion, qui a pris effet le 1er janvier dernier. Cette politique d’exclusion a déjà frappé de plein fouet plusieurs milliers de Belges. Ecolo a participé ce mercredi midi à la manifestation organisée dans les rues de Jambes en soutien aux victimes de cette mesure inique

Cette limitation dans le temps des allocations d’insertion est une disposition adoptée par le Gouvernement fédéral précédent, emmené par Elio Di Rupo (PS), malgré les protestations des élus écologistes. Elle a pour effet de priver d’allocation, après trois ans, celles et ceux qui en sont bénéficiaires à savoir principalement les jeunes sortant des études et les femmes travaillant à temps partiel.

Au cours des trois dernières années, Ecolo s’est battu aux côtés des travailleurs, de leurs représentants et des associations contre cette mesure qui fait porter sur les demandeurs d’emploi le poids et la responsabilité de la crise économique…

Des milliers de personnes sont concernées, plus de 30.000 suivant les propres projections de l’ONEM. Pour la seule ville de Namur, comme l’a souligné Philippe Defeyt qui a reçu une délégation de manifestants, plus de 500 personnes pourraient à terme être touchées. A ce jour, 200 d’entre elles se sont déjà tournées vers le CPAS. En fonction de leur situation, celles-ci sont soit dirigées vers les CPAS, soit réduites à faire appel à la charité de leur entourage pour les cohabitants. Conséquence commune : les exclus quittent le marché de l’emploi et s’éloignent de l’insertion professionnelle, dès lors qu’ils n’ont plus accès à des formations ou à des réductions de cotisation sociale, pour tomber dans un régime d’assistance ou se retrouver sans ressource.

Cette mesure ne créera aucun emploi mais, par contre, le risque d’aggravation de l’état de pauvreté des travailleurs sans emploi de longue durée est lui bien réel.

Ecolo appelle l’actuel Gouvernement fédéral à ouvrir les yeux sur les conséquences désastreuses et absurdes de l’exclusion des allocations d’insertion et à tirer un trait définitif sur cette mesure. Il est temps de mettre fin à ces politiques sociales qui amplifient la crise tout en sapant le moral des Belges.

Le groupe Ecolo-Groen à la Chambre a déposé, le 8 janvier dernier, une proposition de loi visant à supprimer la limite dans le temps des allocations d’insertion et a demandé le traitement prioritaire.

Georges Gilkinet a déposé, le 8 janvier dernier à la Chambre, une proposition de loi visant à supprimer la limite dans le temps des allocations d’insertion et a demandé le traitement prioritaire. Elle sera d’ailleurs à l’ordre du jour de la Commission des Affaires sociales de la chambre ce mercredi 25 février.

A l’initiative d’Ecolo, le Parlement wallon a décidé de se saisir également de ces enjeux et organisera en avril prochain des auditions pour dresser un état des lieux des impacts de cette réforme des allocations d’insertion dans les politiques régionales (emploi, lutte contre la pauvreté, situation des CPAS, …).

A tous les niveaux de pouvoirs, les écologistes entendent maintenir la pression afin d’obtenir un sursaut de la majorité fédérale face aux conséquences dramatiques de sa politique d’exclusion sociale !

Georges GILKINET

Député fédéral

Stéphane HAZEE

Chef de groupe au Parlement wallon

Share This