Città Verde, le projet de centre commercial de 55 000 m² (!) sur la commune de Farciennes, a obtenu son permis unique. Le ministre wallon de l’Aménagement du territoire, Carlo Di Antonio, aurait pu prendre position pour arrêter ce projet mastodonte en périphérie. En laissant filer le délai, il a décidé de valider ce permis très préjudiciable pour les centres-villes de Charleroi, Namur et Sambreville ! Qui plus est, quasi en catimini !

 

Petit rappel. En février 2010, Philippe Henry,  le prédécesseur de Carlo Di Antonio, annule le permis délivré par la commune. Le projet risquait de ruiner l’équilibre commercial déjà fragile des régions de Charleroi et de Namur, mettant en danger les centres-villes et les dynamiques urbaines qu’ils portent.

 

En octobre dernier, le Conseil d’Etat a toutefois annulé cette décision en considérant que certains arguments de la Région touchaient à la concurrence et à la nécessité de réguler le commerce. Pour le Conseil d’Etat, ces considérations relevaient à l’époque de la compétence fédérale et non régionale, et donc la Région ne pouvait pas y faire référence. Dans son arrêt, le Conseil d’Etat laisse toutefois la possibilité d’un réexamen et d’un nouveau refus motivé, moyennant une argumentation adaptée, notamment à partir des impacts en termes d’aménagement du territoire, d’environnement ou de mobilité. Le Ministre Di Antonio  disposait de 100 jours pour se positionner sur le dossier. Il a préféré laissé passer le délai. C’est consternant.

 

Stéphane Hazée, député Ecolo, s’insurge : En agissant ainsi, le ministre cdH octroie le permis pour le projet mastodonte de 55.000 m2. En réalité, le Gouvernement PS-cdH opère un revirement complet en matière d’implantation commerciale. Pendant la précédente législature, la Wallonie a privilégié le renforcement des centres urbains. C’est aujourd’hui une politique inverse qui est mise en oeuvre. Après Sterpenich, près d’Arlon, voici un nouveau projet commercial en périphérie qui reçoit son permis. Pourtant, à Charleroi, le collège communal déclarait encore récemment que « le développement de centres commerciaux périphériques défavoriserait le commerce des centres-villes ». Il en est de même à Namur. Bref, on assiste à un jeu de dupes du PS et du cdH, qui font de beaux discours sur le soutien aux centres villes mais agissent ensuite en sens totalement contraire. »

 

 Philippe Henry, député wallon n’en revient pas. « Comment le ministre peut il sérieusement affirmer qu’il ne connaissait pas suffisamment le dossier pour se positionner?  Ce dossier hyper médiatisé est connu de tous depuis plusieurs années et le délai des 100 jours a été annoncé dans la presse !  Il s’agit d’un dossier d’une importance considérable à l’échelle du bassin carolo et namurois dont le traitement ne pouvait en aucun cas être traité à la légère. A de nombreux endroits en Wallonie, la multiplication et la diversification de projets commerciaux en périphérie affaiblit considérablement les centres-villes. Cet affaiblissement et cette paupérisation des centres n’est pourtant pas une fatalité. A condition que le gouvernement PS-cdH Wallonie joue son rôle ! ».

 

Stéphane Hazée                                                                                                                                                                 Philippe Henry

Chef de groupe Ecolo au Parlement wallon                                                                                                                 Député wallon

Share This