20161216-avis-dexpulsion-andenneCe vendredi 16, les militants et élus Ecolo, accompagnés des députés Georges Gilkinet et Stéphane Hazée, étaient présents à la gare d’Andenne, dès 6h30, pour accueillir les navetteurs avec du café. Via cette action, les Verts voulaient appeler le Gouvernement fédéral à mieux traiter ses navetteurs…

 

A Andenne, en effet, on peut dire que les navetteurs sont de moins en moins gâtés, puisque, après avoir décidé de fermer les guichets à 13h15 – une mesure qui est en vigueur depuis mars 2016 et que Ecolo avait à l’époque dénoncée – c’est maintenant la salle des pas perdus qui sera inaccessible dès le début de l’après-midi. « C’est vraiment la goutte qui fait déborder le vase. Je compte bien interpeller à nouveau le bourgmestre à ce sujet » indique Martine Voets, conseillère communale et navetteuse au quotidien.

Mercredi, en commission « Infrastructure » de la Chambre, le député fédéral Georges Gilkinet avait justement interrogé le Ministre en charge de la SNCB pour dénoncer la mesure et l’appeler à mettre en place des alternatives (cf. extrait du compte-rendu de la commission ci-dessous). Le Ministre a justifié la mesure par le rassemblement des équipes de signalisation d’Infrabel à Namur.

Toutefois, le Ministre se dit également ouvert à la concertation avec les autorités communales afin d’envisager des pistes pour limiter l’impact négatif de la mesure prise par Infrabel, comme ce devrait être le cas à Ciney et Dinant. Tout cela laisse à penser que le collège andennais n’a pas encore pris d’initiative auprès du Ministre.

Pour Georges Gilkinet, c’est « vraiment un mauvais choix stratégique de la part de la SNCB de façon structurelle de considérer que les voyageurs, dans des gares aussi importantes, ne peuvent pas être accueillis dans des lieux chauffés et sécurisés. On ne peut accepter que les usagers des gares moyennes et petites soient tellement désavantagés alors que l’on construit des gares de type plutôt pharaonique ».

Des solutions sont possibles via par exemple la mise en place d’un dispositif d’ouverture et de fermeture automatique ou en laissant de façon transitoire un agent sur le site. « L’hiver est loin d’être terminé, il est indispensable qu’une solution de ce type soit mise en œuvre dès le début de l’année 2017 », complète Martine Voets.

Le ras-le-bol des navetteurs et des travailleurs de la SNCB rencontrés ce matin était perceptible, que ce soit par rapport à la fermeture de la gare ou en raison des retards quotidiens.

Pour les Verts, le désinvestissement dans la mobilité durable que le gouvernement fédéral a décidé n’est pas une fatalité. Ils comptent bien le rappeler au Ministre, au Parlement, tout en appelant les autorités locales à appuyer cette démarche.

Certaines gares n’offrent plus qu’un service limité aux voyageurs

 

 

Share This